Le jeune : Quels sont les risques ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le jeûne sous diverses formes attire beaucoup d’attention des médias.

Ses partisans, avec divers degrés d’expertise et de formation médicale, affirment que c’est un moyen facile d’accélérer la perte de poids et d’entrer dans la cétose, et que l’on peut considérer comme sûr de faire sans surveillance médicale. Nous ne sommes pas d’accord. Si nous regardons les données scientifiques publiées, et en particulier la sécurité à long terme et l’efficacité du jeûne, il y a un certain nombre de raisons de s’inquiéter de cette approche pour la perte de poids et le bon fonctionnement du métabolisme.

Article publié par Virta Health aux États-Unis, écrit par Doctors : Jeff Volek & Stephen Phinney et publié le 5 décembre 2017. Vous pouvez trouver l’article original en cliquant ici. Traduction gracieuseté de Virta Health pour et par Eatfat2befit.com.

Lire également : Quels sont les véhicules les plus attendus de l'année 2021 ?

Définir les différentes formes de jeûne

  • pendant une partie de la journée. De temps en temps, sauter un ou deux repas par jour, en évitant l’apport calorique pendant des périodes allant de 18 heures (par exemple, sans petit déjeuner) à 24 heures (sans petit déjeuner ou déjeuner). Une autre version est de ne pas manger pendant la journée, comme cela est pratiqué pendant le mois du Ramadan chez les musulmans.
  • Un jour de jeûne. Pas de nourriture ou de calories du soir du jour #1 au matin du jour #3 — un intervalle de 36 heures.
  • Jeûne de plusieurs jours. Pas de nourriture ou de calories pendant 48 heures ou plus.
  • Jeun intermittent 5:2. 2 jours par semaine limités à 500-600 kcal par jour, consécutifs ou séparés par un ou plusieurs jours de repas sans restriction.

En bref, tout régime impliquant un jeûne de plus de 24 heures ne s’est pas avéré efficace pour soutenir la perte de poids à long terme. Bien que cela puisse temporairement accélérer la perte de poids, il a un prix à long terme. Après seulement un jour de jeûne, vous commencez à perdre des protéines de votre corps à partir des tissus maigres, tels que les muscles, le cœur, le foie et les reins. Ces organes et leurs fonctions sont des choses que nous voulons préserver et que nous ne pouvons certainement pas imaginer abandonner sans conséquence. Donc, bien que vous puissiez perdre du poids sur l’échelle, une partie de cette perte sera au détriment de vos tissus importants et métaboliquement actifs.

« C’est pourquoi nous distinguons la « cétose nutritionnelle » et la « cétose par le jeûne » dans nos livres et présentations. Lorsqu’elle est correctement effectuée, une cétose nutritionnelle est obtenue tout en maintenant l’intégrité des protéines et le fonctionnement de ces tissus maigre. D’autre part, la cétose à jeun réduit votre métabolisme au repos, votre force et vos fonctions corporelles. »

Oui, le corps humain est équipé pour survivre au jeûne pendant des jours, des semaines, ou même un mois ou deux. C’est ainsi que nous, les humains, avons évolué pour survivre à la maladie ou à la famine. Mais pour chaque période de 24 heures au cours de laquelle nous jeûnons, après le premier jour, nous avons besoin de 2-3 jours de consommation alimentaire optimale pour récupérer ce qu’on a perdu. Ainsi, alors qu’une personne pourrait théoriquement faire un jeûne total deux jours par semaine tout en parvenant à récupérer en attendant, où la science prouve qu’il est possible de reconstituer ce tissu maigre et un taux de métabolisme normal sans trop manger pendant ces jours de rattrapage ? La réponse est qu’aujourd’hui personne n’a publié l’étude qui montre qu’il est sécuritaire de le faire pendant des mois consécutifs.

Lire également : Le métier de serrurier dépanneur

L’ autre problème évident de sécurité associé au jeûne, qu’il soit intermittent ou prolongé, est son effet sur le besoin de médicaments pour traiter le diabète, les maladies cardiaques ou l’hypertension artérielle, ainsi que d’éventuels anticoagulants. Pour les personnes atteintes de diabète de type 2 en particulier, le besoin de médicaments pour un contrôle adéquat de la glycémie est considérablement réduit dès le premier ou deux jours de jeûne ou de restriction des glucides, ce qui rend obligatoire la surveillance médicale étroite. Mais ces médicaments doivent être rapidement repris lors de la réintroduction des glucides alimentaires. Faites-le à plusieurs reprises par intermittence a un risque important d’hypoglycémie aiguë ou d’hyperglycémie. De même, la pression artérielle est souvent considérablement réduite pendant les premiers jours de jeûne, ce qui nécessite des ajustements rapides similaires des médicaments, d’une direction et d’une autre.

Enfin, depuis près d’un siècle, on sait que les personnes sauvées de la famine (comme la famine dans le sens de la survie dans un canot de sauvetage ou un camp de concentration) courent le risque de mort subite si on leur donne soudainement beaucoup de nourriture. Ce phénomène a un nom médical officiel : « syndrome de réalimentation ». La solution est une recharge contrôlée sous la supervision d’un expert. Pour la plupart des gens qui sont bien nourris avant le jeûne (par choix ou non), il faut au moins une semaine ou deux de jeûne pour que le syndrome de réalimentation pose un risque. Mais les régimes précédents, un jeûne précédent, l’âge et la maladie peuvent réduire cet intervalle avant lequel le risque de mort subite ne commence pas.

Donc, où est le point de basculement à partir duquel le durée d’un jeûne devient contre-productif ?

La réponse est simple : « Cela dépend ». Si vous êtes diabétique et que vous prenez un médicament comme l’insuline, la réduction ou l’arrêt de votre apport en glucides pendant une seule journée modifiera considérablement vos besoins en médicaments pour cette journée. En retour, comme un boomerang, il changera votre réponse à vos médicaments lorsque vous ajoutez des glucides à votre alimentation, déclenchant des montagnes russes sur le côté de la glycémie. Si vous avez un travail physiquement exigeant, le deuxième jour de jeûne, vous risquez de vous frapper « sur le mur », ce qui entraînera une réduction spectaculaire de votre performance physique et mentale. Si vous avez déjà des niveaux trop faibles de minéraux importants tels que le potassium et le magnésium — problèmes courants pour les diabétiques ou les personnes prenant des médicaments diurétiques — comment compenserez-vous les pertes de ces minéraux qui persistent ou accélèrent les jours où vous ne mangez pas ?

Nous savons qu’un régime cétogène bien formulé soutient (si ne améliore pas) la santé et les fonctions essentielles d’une personne, à la fois pendant la perte de poids et aussi pendant la stabilisation du poids. Un des attributs clés du régime cétogène bien formulé est qu’il préserve quotidiennement les tissus maigre et les minéraux essentiels, sans générer un déficit qui nécessite un rattrapage. Oui, il est vrai que l’on peut perdre du poids plus rapidement avec le jeûne total ou avec des régimes hypocaloriques, mais aucun de ces régimes n’est durable. Vu du point de vue de votre santé et de vos fonctions essentielles sur plusieurs mois ou années, pourquoi prendre ce risque ?

Les détails scientifiques

Commençons par quelques images d’une vieille recherche sur l’homme, mais toujours d’actualité. Le jeûne sur les tissus maigre est le suivant

:

Figure 1 : Évolution de l’excrétion d’azote dans l’urine chez les sujets maigre et obèses au début de la famine

Figure 2 : Diminution de l’azote corporel et du poids corporel (à la fois dans

Figure 1, la perte d’azote (« N », c’est-à-dire les protéines) commence à partir du premier jour, atteignant son maximum letroisième jour, puis diminuant lentement. Les pertes sont indiquées en grammes d’azote par jour, chacune représentant une perte d’environ 28 grammes de tissu maigre. Ces résultats ont été validés dans de nombreuses études humaines [1].

La figure 2 montre la perte à long terme d’azote corporel (c.-à-d. protéines) en pourcentage de la valeur d’une personne avant le jeûne. Notez que ces pertes ralentissent légèrement après les 10 premiers jours, mais ne s’arrêtent jamais.

« Traduction : les adultes en surpoids en bonne santé perdent 2,2 kg de tissu maigre à jeûne total après 10 jours et 4,5 kg après 30 jours. »

Ceci illustre ce que le jeûne prolongé au-delà de 2-3 jours produit sur le taux métabolique au repos (RER), qui, lorsqu’il est mesuré le matin avant l’activité ou le repas, est appelé dépense énergétique basale (BEE).

Figure 3 : Changements dans Métabolisme de base avec privation alimentaire à court et à long terme

Cette étude ancienne a montré une réduction de 15% du métabolisme de base (métabolisme au repos) après 10 jours de jeûne et de 25% après 30 jours. Loin d’être réfutées par des méthodes de recherche plus modernes, ces observations originales ont été confirmées à plusieurs reprises dans la littérature médicale publiée.

Oui, il existe des preuves d’une légère augmentation transitoire de l’EER de 1 à 3 jours lorsque les individus maigres commencent à jeûner complètement [2], qui est causée par une augmentation de la norépinéphrine sérique — une réaction de stress au début du jeûne [3]. Mais l’ESR tombe alors et reste en dessous de la ligne de base de départ après le troisième jour [4] [5] [6].

Les détails scientifiques du jeûne et du métabolisme des protéines

La réponse métabolique humaine au jeûne a joué un rôle essentiel dans notre survie au cours des millions d’années. Un adulte suffisamment nourri peut survivre pendant 60 jours ou plus sans nourriture s’il reçoit suffisamment d’eau et sodium. Mais le prix du jeûne total (c’est-à-dire sans protéines et calories consommées) est littéralement payé par les kilogrammes perdus de masse maigre.

Comme nous l’avons vu plus haut, la dégradation nette des protéines commence le premier jour de jeûne et atteint son pic en 2-3 jours — habituellement 450 g de tissu maigre perdu par jour — puis diminue lentement à « seulement » 110 g par jour après 4-5 semaines. Il est également bien établi que l’excès de tissu adipeux fait peu pour protéger le corps de ce modèle et du taux de catabolisme du tissu maigre. Oui, il est vrai qu’il a été prouvé que certaines personnes sévèrement obèses ont survécu à jeun plus de 60 jours, mais seulement parce que leur obésité extrême était également associée à une masse corporelle maigre plus élevée (LBM) au départ.

Il est également intéressant de noter que les gens n’ont pas de réserves de protéines « supplémentaires » dans les réserves inactives (ce qui attendrait judicieusement comme un remplacement pour le jour où nous ne mangeons pas assez de protéines). Toutes les protéines dans le corps humain ont une fonction en réel temps, que ce soit les muscles, le tissu conjonctif, les globules rouges, le cerveau ou les anticorps. Ainsi, chaque fois que le corps perd des protéines, il perd une partie de sa réserve fonctionnelle. La quantité de « réserve fonctionnelle » que chacun de nous possède (c’est-à-dire la quantité de protéines que nous pouvons perdre avant que notre survie ne soit menacée) est très variable. Par exemple, certaines personnes très obèses développent des muscles supplémentaires pour soutenir leur poids. Mais en moyenne, quand une personne perd un tiers de sa masse corporelle maigre initiale (LBM), il est fonctionnellement affaibli. Et quand elle perd 50% de cette masse normale, toute perte supplémentaire de protéines est fatale.

Toutes ces observations ont été largement étayées par des études menées entre 1910 et 1980. L’expérience du Minnesota des objecteurs de conscience emprisonnés pendant la Seconde Guerre mondiale (la biologie de la famine humaine, Univ MN Press, 1950 [7]) et le groupe de George Cahill dans les années 1960 est particulièrement pertinente [8]. « jeûne » dans les années 1970, y compris des études démontrant la préservation de la masse maigre et de la performance physique avec des régimes cétogènes bien formulés.

Compte tenu du fait qu’il faut au moins 4 semaines pour que la majeure partie de l’adaptation de l’organisme à la restriction d’énergie/glucides se produise, les 4 études suivantes fournissent des informations utiles sur l’apport en protéines et la préservation de la masse maigre, la performance et le taux métabolique pendant la cétose nutritionnelle et le total jeûne.

  1. Rabast et coll., 1981 [9]

Le jeûne total a été comparé à un régime hypocalorique de 300 kcal/jour fournissant 56 g de protéines et 12 g de glucides à 14 patients obèses sains, divisés en paires, sur une période de 28 jours. La perte de poids était significativement plus importante pendant le jeûne que pendant le régime hypocalorique VLCD (16,5 kg contre 12,7 kg). Le taux métabolique de base a montré une diminution significative (25 %) pendant le jeûne total, mais il est resté inchangé avec le régime hypocalorique VLCD. Avec les deux régimes, il n’y a pas eu de changement significatif dans les hormones thyroïdiennes T4 ou TSH, mais T3 a diminué avec une augmentation transitoire de RT3. L’équilibre azoté était chez cinq des sept patients suivant un régime à faible teneur en calories VLCD après quatre semaines, mais chez aucun des patients à jeun total.

  1. Marliss, NEJM, 1978 [10]

Les sujets obèses ont suivi trois protocoles différents :

  1. un jeûne complété avec 82 grammes de protéines à 400 kcal par jour pendant 21 jours. Malgré ce niveau d’apport protéique, les pertes de tissu maigre se sont produites rapidement et ont persisté pendant 2 semaines, après quoi le « bilan azoté » (c.-à-d. aucune perte supplémentaire de masse corporelle maigre) a été rétabli. Exprimé en grammes de protéines par kg de poids de référence, cet apport protéique était de 1,2 g/kg par jour.
  2. Supplément à jeûne fournissant 82 grammes de protéines à raison de 400 kcal par jour pendant 7 jours, suivi de 14 jours de réduction continue des protéines/calories jusqu’à 41 g de protéines (200 kcal) /j sur jour 21. Comme ci-dessus (a), le bilan azoté a également été négatif pendant les 7 premiers jours, après quoi la réduction progressive de la teneur en protéines a entraîné une perte continue de tissu maigre jusqu’au jour 21. En d’autres termes, même 21 jours de céto-adaptation n’ont pas permis la préservation des tissus maigre à un apport de 41 g/j de protéines.
  3. 21 à 28 jours de jeûne total, suivi de 7 jours de jeûne complété fournissant 92 grammes de protéines par jour ou 400 kcal. Comme on s’y attendait, les pertes de tissu maigre ont été rapides pendant la phase de famine (> 450 g/jour), mais elles sont ensuite passées à un gain de tissu maigre de 110 g/jour lorsque l’apport en protéines a repris. Cependant, dans cette situation, il est important de noter que la récupération de la masse corporelle maigre s’est produite à moins de la moitié de sa perte pendant le jeûne total.
  1. Phinney JCI 1980 [11] et Phinney Métabolisme 1983 [12]

Dans ces deux études, 6 sujets obèses non entraînés et 5 cyclistes hautement entraînés ont d’abord été testés pour condition physique et endurance, et a reçu 1,2 à 1,75 g de protéines par kg de poids de référence pendant 4 à 6 semaines d’un régime cétogène. Dans cette plage d’apport protéique, il n’y a pas eu de perte mesurable de la puissance aérobie maximale (VO2 max) et aucune diminution de la performance d’endurance jusqu’à épuisement. En d’autres termes, un apport protéique adéquat dans le cadre d’un régime cétogène bien formulé peut rapidement et efficacement restaurer les fonctions normales des tissus maigre. Et parmi les 5 cyclistes, des mesures quotidiennes de l’apport protéique et de l’excrétion d’azote ont confirmé que la masse maigre était effectivement maintenue pendant les 4 semaines de régime cétogène à 1,75 g de protéines par kg et par jour.

  1. Davis et Phinney Int J Ob 1990 [13]

Dix femmes obèses ont été randomisées pour suivre un régime cétogène très faible en calories fournissant 1,2 ou 1,5 g de protéines par kg de poids de référence pendant 4 mois. Les pertes de poids ont été en moyenne de 17 kg. Comparé aux valeurs initiales, VO2 max et maximum quadriceps a diminué avec la dose protéique de 1,2 g/kg, tandis que les deux fonctions ont été préservées avec la dose protéique de 1,5 g/kg.

Jeûne intermittent

Compte tenu de la popularité actuelle du jeûne intermittent (FI), on peut supposer que des études bien conçues ont été publiées pour démontrer que sa pratique n’interfère pas avec la préservation ou le fonctionnement des tissus maigre chez l’homme. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Oui, il existe de nombreuses études publiées sur le « jeûne intermittent », défini comme ne pas manger du matin au début de la soirée tous les deux jours ou ne pas manger de protéines jusqu’au repas du soir. Il y a aussi des études sur les personnes qui mangent 75% moins ou jeûnent complètement tous les deux jours ou dans une fréquence de 5 jours : 2 jours. Les pertes de poids sont généralement entre 2% et 5%, mais se stabilisent rapidement. Avec cette perte de poids, des mesures précises de la composition corporelle sont problématiques, de sorte qu’il manque de bonnes données sur les changements de la masse corporelle maigre. Cependant, les données publiées ne soulèvent pas de préoccupations majeures chez ceux qui jeûnent une partie de la journée, même sur un calendrier assez régulier.

Étant donné que les gens qui jeûnent par intermittence manger beaucoup moins qu’ils ont besoin de quelques jours par semaine, il faut donc se demander pourquoi ils cessent de perdre du poids si rapidement. Une réponse peut être trouvée dans l’étude de Heilbron [14], dans laquelle les sujets qui jeûnaient tous les deux jours ont rapporté une faim accrue et prolongée tout au long de cette étude de 22 jours.

Mais beaucoup de gens qui pratiquent le jeûne intermittent ne mangent rien ou aucune protéine pendant plus d’une journée. Selon les données scientifiques publiées, c’est là que les risques pour la santé commencent, même si les partisans du jeûne nient ou ignorent cette information. Plus important encore, lorsque les gens choisissent de jeûner plusieurs jours à la fois, ces risques augmentent rapidement en raison de la perte de protéines et de minéraux essentiels. Et les affirmations que le corps humain peut efficacement retenir les tissus maigre et maintenir le métabolisme au repos pendant de nombreux jours de jeûne total semblent être fondée sur l’idéologie et non sur des données scientifiques solides.

Il y a d’autres raisons pour lesquelles les gens jeûnent en plus de perdre du poids. L’augmentation des taux de cétone dans le sang est de plus en plus associée à une réduction du vieillissement et du stress oxydatif dans les études animales. Il existe également de nombreux rapports de restrictions énergétiques qui réduisent la croissance du cancer chez les animaux, mais ce bénéfice n’est pas toujours observé avec le jeûne intermittent chez les animaux, ce qui implique que le bénéfice provient d’une restriction constante plutôt que d’une restriction intermittente. Et les premières données sur le jeûne intermittent et même le régime cétogène chez les humains atteints de cancer ne sont pas unanimes.

Masse corporelle maigre et dépense énergétique

Il existe une abondante littérature sur la récupération des tissus maigre et leurs fonctions à la suite d’une restriction énergétique ou d’une famine protéique. Dans l’expérience du Minnesota pendant la Seconde Guerre mondiale, par exemple, des hommes maigres et en bonne santé qui ont été nourris « demi-rations » (1600 kcal et 50 g de protéines par jour) pendant 6 mois ont perdu 1/3 de leur masse corporelle maigre, les laissant fonctionnellement affaiblis. Une fois qu’ils ont commencé à se nourrir avec suffisamment de protéines et d’énergie, il leur a fallu plus de quatre mois pour se rapprocher de leur niveau initial de force et de fonctions, ce qui leur a permis de gagner un excès de graisse corporelle.

En plus de l’étude Marliss citée ci-dessus, de nombreuses études humaines montrent que la vitesse maximale à laquelle une personne dépourvue de protéines peut récupérer la masse maigre perdue est de 110 g par jour (c’est-à-dire un bilan d’azote positif de 4 g/jour). Ainsi, si une journée de jeûne total entraîne une perte de 225 g à 450 g de masse maigre par jour (selon le niveau de céto-adaptation), il faut au moins 2 à 4 jours de régime complet avec des protéines et de l’énergie pour récupérer la perte de tissu maigre d’une seule journée. Et comme l’expérience du Minnesota et beaucoup d’autres ont montré, cette récupération des tissus maigres perdus se produit généralement avec un gain de graisse corporelle supplémentaire.

Qu’ est-ce que cela signifie vraiment ? Oui, le jeûne total peut provoquer une perte de poids rapide, mais en général, cela vient pour la moitié ou plus de tissu maigre. Et surtout, en fonction de la quantité de protéines et d’énergie consommée après une période de jeûne, le taux de récupération des tissus maigre sera probablement plus lent que celui auquel ils ont été perdus. Pour être direct, en réalité, la récupération des tissus maigre après le jeûne total prend beaucoup plus de temps que la période de jeûne elle-même.

Enfin, il y a l’impact du jeûne sur le métabolisme au repos (métabolisme de base). Considérez que votre métabolisme est contrôlé par deux facteurs distincts : (1) votre « thermostat » et (2) la taille de votre « four ». La quantité de tissu maigre que vous avez est un facteur déterminant dans votre taux métabolique au repos. Interprétation : Votre masse musculaire totale est la taille de votre four — plus vous avez de muscle, plus vite vous pouvez brûler de l’énergie. Mais votre corps a aussi un « thermostat » précisément réglé qui détermine la quantité d’énergie consommée par votre « four ». Tout cela est réglementé par la combinaison d’actifs production hormone thyroïdienne (T3) et la sensibilité des tissus à l’hormone thyroïdienne.

Nous savons d’après de nombreuses études menées chez l’homme que lorsque les gens sont soumis à une famine aiguë, le métabolisme au repos diminue d’environ 15% au cours des 10 premiers jours — bien avant que 15% des tissus maigres ne soient perdus. En d’autres termes, le « thermostat » est abaissé bien avant que le « four » ne devienne plus petit. Cependant, lorsque les hydrates de carbone alimentaires sont limités mais qu’il y a suffisamment de protéines, la « chute du thermostat » (mesurée par le taux métabolique au repos) est beaucoup plus petite et la « taille du four » est maintenue. Ainsi, tandis que le jeûne, au-delà du premier jour ou des deux premiers jours, le fait payer un prix élevé en termes de dépenses d’énergie métabolique (thermostat four), un mode de vie cétogène bien formulé n’est pas.

Syndrome réparateur

Ce problème souvent fatal a été connu depuis la Seconde Guerre mondiale, lorsque les personnes secourus souffrant de famine aiguë ou chronique soudainement développé coeur congestif et la fréquence cardiaque anormale lorsqu’on donne beaucoup de nourriture. Compte tenu du risque de décès, ce risque n’a jamais été (et ne devrait jamais être) étudié dans un essai contrôlé randomisé. Mais cela implique clairement des changements rapides dans les fluides et les électrolytes/minéraux avec le mouvement des protéines et du glycogène dans les cellules, ainsi que l’inverse de la natriurèse à jeun. Il est supposé que le syndrome de réalimentation était la cause de la mort de la chanteuse Karen Carpenter en 1983, qui est mort après avoir été admis à l’hôpital en raison d’une perte de tissu maigre due à l’anorexie mentale. Il a également été signalé chez de nombreux patients hospitalisés souffrant de malnutrition qui ont été retraités par voie intraveineuse.

Les conditions particulières qui peuvent conduire au syndrome de réalimentation ne sont pas bien définies, mais les restrictions alimentaires chroniques et les périodes de jeûne supérieures à un ou deux jours constituent des préoccupations importantes. Les maladies chroniques ou les médicaments qui causent des fuites minérales (par exemple, un diabète mal contrôlé ou l’utilisation de diurétiques) peuvent également y contribuer.

Le meilleure façon de traiter le syndrome de réalimentation est de prévenir son apparition. Cela signifie consommer un régime adéquat de minéraux essentiels pendant un régime, tout en évitant de grandes variations dans l’apport énergétique et nutritif, en particulier au moment de la perte de poids. Nous savons également que briser la cétose nutritionnelle avec beaucoup de glucides peut conduire à une rétention d’eau importante, ainsi que le transfert de potassium, de magnésium et de phosphore dans les cellules (les caractéristiques du syndrome de réalimentation). Donc, lors de l’ajout de glucides à votre alimentation, il est préférable de le faire avec modération. Mais plus important encore, pourquoi vous exposer à ce problème en créant d’abord des carences protéiques et minérales induites par le jeûne ?

Conclusions

  1. La pratique actuelle du jeûne intermittent a progressé plus rapidement que les données humaines publiées pour appuyer son utilisation, en particulier pour le contrôle du poids et la promotion de la cétose nutritionnelle.
  2. La perte de tissu maigre peut devenir significative lorsque les jours de jeûne sont plus nombreux fréquente d’une ou deux fois par semaine (et cela peut s’appliquer). également au repos taux métabolique).
  3. Les médicaments contre le diabète et l’hypertension artérielle nécessitent une gestion rapide et experte lors du jeûne pendant plus de 24 heures. Une gestion inappropriée des traitements médicaux comporte des risques importants pour la santé.
  4. Plutôt que de poursuivre une perte de poids rapide pendant le jeûne — même s’il s’agit simplement d’une « jeunesse intermittente », il est préférable de prendre une vision à long terme et d’éviter de faire des choses qui peuvent compromettre les tissus maigre et leurs fonctions. Une bonne santé est définie par l’état où vous serez dans un an ou une décennie, et non dans une semaine ou un mois.

Dr Phinney sur le jeûne :

Références :

[1] https://doi.org/10.1172/JCI106016

[2] https://doi.org/10.1079/BJN19940048

[3] https://doi.org/10.1093/ajcn/71.6.1511

[4]

http://archive.unu.edu/unupress/food2/UID07E/UID07E12.HTM

[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/4686958

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7275468

[7] https://www.upress.umn.edu/book-division/books/the-biology-of-human-starvation

[8] https://doi.org/10.1172/JCI106016

[9]

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7275468

[10] https://doi.org/10.1172/JCI109148

[11] https://doi.org/10.1172/JCI109945

[12] https://doi.org/10.1016/0026-0495(83)90105-1

[13]

https://europepmc.org/abstract/med/2104036/

[14] https://doi.org/10.1093/ajcn/81.1.69

jeûne :

Références :

[1] https://doi.org/10.1172/JCI106016

[2] https://doi.org/10.1079/BJN19940048

[3] https://doi.org/10.1093/ajcn/71.6.1511

[4] http://archive.unu.edu/unupress/food2/UID07E/UID07E12.HTM

[5]

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/4686958

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7275468

[7] https://www.upress.umn.edu/book-division/books/the-biology-of-human-starvation

[8]

https://doi.org/10.1172/JCI106016

[9] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7275468

[10]

https://doi.org/10.1172/JCI109148

[11] https://doi.org/10.1172/JCI109945

[12]

https://doi.org/10.1016/0026-0495(83)90105-1

[13]

https://europepmc.org/abstract/med/2104036/

[14]

Partager.