Quel espace de vie pour 6 personnes ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

(ANSA) — ROME, 06 AVR — 27,8% des personnes vivent dans des conditions de surpeuplement en 2018. Cette situation de détresse est la plus répandue chez les mineurs, dont 41,9 % vivent dans des logements surpeuplés. Ceci est révélé par l’Istat dans la recherche « Espaces dans la maison et disponibilité des ordinateurs pour les enfants et les adolescents ».

L’ inconfort est aggravé si, en plus d’être surpeuplé, la maison où vous vivez présente également des problèmes structurels ou n’a pas de bain/douche avec de l’eau courante ou a des problèmes de luminosité. La situation de grave privation de logement touche 5 % des personnes résidant et, encore une fois, est plus répandue chez les jeunes. En fait, 7,0 % des mineurs et 7,9 % des 18-24 ans vivent dans des conditions de détresse en matière de logement. La part, révèle l’Istat, tombe à l’âge de 1,8% chez les personnes de 75 ans et plus.

A lire en complément : appartement chasseur pour obtenir de l'aide pour acheter un appartement

Je ne savais vraiment pas comment commencer à écrire sur le sujet « La souffrance du logement », en particulier parlait de familles nombreuses, et je cherchais de l’inspiration, sachant bien que je risquais d’exposer la « plainte habituelle », peut-être pas étayée par des faits. Et à la place, l’ANSA m’a prêté un coup de main.

Les

A lire en complément : appartement chasseur pour obtenir de l'aide pour acheter un appartement

pourcentages exposés semblent faibles. Dans l’ensemble, peu de familles semblent être en « souffrance en matière de logement ». Beaucoup, en revanche, sont des familles qui n’ont pas assez d’espace et n’ont pas un petit espace vert « aération », surtout lorsqu’elles vivent dans les villes.

Par exemple, il y a longtemps, une connaissance m’a dit que pour donner aux deux enfants plus à l’aise, elle avait échangé la chambre double contre la leur. Il fallait donc « faire assez » les espaces de l’appartement de trois pièces de 70 mètres carrés qui réussissaient à payer avec un travail acharné, même avec deux salaires.

En Italie, il est difficile de trouver des logements neufs et abordables avec plus de trois chambres à coucher. L’espace est un luxe que peu peuvent se permettre. Les nouvelles maisons ou appartements, si elles ne sont pas logements de luxe, ne fournissent souvent que deux chambres à coucher, comme si le fait d’avoir plus d’un enfant ou deux ne devrait pas être fourni. Si l’espace de vie de par habitant devrait être de 25 mètres carrés, 150 mètres est le minimum pour une famille de 6 personnes. Combien de familles de 6 personnes peuvent-elles se le permettre ? Encore une fois, avoir des enfants est un choix de qui « peut se le permettre », puisque vivre dans la dignité même l’espace est une marchandise de nécessité fondamentale ?

La chronique de ces semaines d’épidémie nous a également écrit sur une famille de 8 personnes qui n’a pas pu isoler un Azian positif à Coronavirus parce qu’il vivait dans 60 mètres carrés. Une famille à admirer parce qu’il vivait avec ses grands-parents et avec le sommeil, mais dans 60 mètres carrés. Pour beaucoup d’isoler une famille « positive » dans cette période n’est pas possible, car les chambres et les salles de bains ne suffisent pas. Parfois, vous voudrez respecter les règles, mais vous échouez. Et la contagion augmente avec toutes les conséquences.

Dans un pays rempli de foyers secondaires, sinon troisièmes et quarts, les jeunes qui se marient et désirent des enfants, peut-être plus d’un, ont parfois du mal à trouver des foyers adaptés à une vie familiale sereine. Les enfants sont des enfants et ne peuvent manquer de jouer. Quelqu’un voudrait toujours qu’ils soient à l’école ou engagés dans le sport, mais dans cette période, vous ne pouvez pas. Souvent, il y a des dissenseurs de copropriété parce que les enfants « dérangent ». L’italien moyen, est souvent insupportable aux jeux et même seulement aux cris des enfants, qui, vous savez, dans ce pays, n’ont pas le droit de marcher, contrairement aux animaux de compagnie. D’autre part, les enfants portent des virus et les répandent (plus que les personnes qui vont au travail et utilisent les transports en commun ?).

Mais « rester à la maison » pourrait devenir un vrai problème, surtout quand la bonne saison vient avec la chaleur et ses 30 degrés dans tant de maisons de ville avec un balcon minimal de pour regarder le monde tranquillement et, peut-être, souffrir encore plus du manque de systèmes de climatisation. Rester à la maison pour ceux qui ont au moins un jardin ou un espace extérieur (comme une terrasse) est possible. Mais qui n’a pas ces « luxes » comment va-t-il supporter les bonnes limitations pendant une très longue période ? Bien sûr qu’il le devra, mais il pourrait ne pas y arriver.

Pour les personnes âgées qui luttent pour supporter la solitude forcée, est-ce que l’on pense à l’initiative d’aide au quache ? Et pour les enfants souffrant de l’espace et de l’extérieur, vous pensez à n’importe quel remède ?

Pendant un certain temps, vous ne pouvez même pas sortir pour « l’heure d’air », le droit de chaque recluse. Il est vrai que quelques concessions trop nombreuses pourraient conduire à des attitudes irresponsables, à des exagérations, à des foules dans la rue causant des dangers pour la santé publique. Mais la triste expérience que nous vivons en ce moment doit nous faire réfléchir à la façon dont l’espace de vie minimum et l’espace vert minimum est indispensable pour pouvoir se conformer aux règles et assurer la coexistence pacifique, rendre tout le monde, même les personnes d’un certain âge, moins agressives et moins déprimées, familles plus sereines et positives, enfants, adultes de demain, meilleurs. Peut-être pourrait-il être une occasion de comprendre le problème et de changer, au moins un peu, l’état d’esprit et de le rendre non seulement plus « favorable aux familles » et aux « enfants », mais aussi plus propice au respect des règles.

par Esther Banfi

Illustration downloadada Vecteezy.com

Partager.