Les nouveaux acteurs des moyens de paiement en ligne

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les moyens de paiement en ligne varient en fonction de la nature de l’activité et de la zone géographique.

Les transactions via cryptomonnaies sont encore trop rares pour être évoquées ici : aujourd’hui, les principaux moyens de paiement en ligne sont gérés par des banques ou des entreprises privées, dont certaines commencent à convertir un nombre croissant d’utilisateurs.

A voir aussi : SpeedTest : Tester la performance de votre connexion

Les moyens de paiement en ligne varient selon la nature de  l’activité

Les entreprises d’e-commerce proposent le plus large panel de solutions de paiement en ligne, afin d’attirer le maximum de clients possible.

Les entreprises de commerce à la demande ou les SaaS préfèrent des systèmes avec une confirmation immédiate du paiement ou des informations de paiement réutilisables. Ils privilégient donc les cartes de crédit, les cartes de paiement par débit bancaire direct, ou les virements bancaires, notamment dans le secteur du luxe, pour éviter les nombreux risques d’impayés.

Lire également : Gaming : comment bien choisir son clavier

Les principaux systèmes de paiement en ligne

Les systèmes de paiement sont gérés soit par des banques (et nécessitent de signer un contrat de vente à distance) ou par une entreprise tierce (Stripe, Baintree…). La deuxième catégorie présente deux atouts majeurs : des frais de transaction moindres et aucun frais d’installation ou de fonctionnement.

Quant aux portefeuilles en ligne (comme PayPal ou iDebit), si leurs coûts de transaction sont élevés, ils ne facturent généralement aucun frais d’ouverture, de résiliation ou de fonctionnement. Ils sont très utilisés dans certains secteurs d’activité, tels que l’hôtellerie ou les casinos en ligne. Le site BonusFinder français, qui évalue les casinos en ligne, énumère les méthodes de paiement sécurisées acceptées par ces sites (notammenet eCheck et iDebit).

ecommerce

Les nouveaux acteurs du paiement en ligne

À côté des cartes bancaires, certaines plateformes de paiement en ligne alternatives voient leur popularité augmenter.

Elles offrent à leur clients l’option de régler leurs achats de plusieurs façons (et de les centraliser) : carte bancaires, portefeuilles de paiement, carte prépayée, type Paysafecard.

Stripe accepte les paiements par cartes bancaires sans passer par un système de contrat de vente à distance.

Lemon Way, qui vient récemment de lever 25 millions de dollars, simplifie le paiement complexe. Elle est très utilisée dans l’e-commerce, les places de marché ou le financement participatif.

Quant à HiPay, elle facture seulement 0,9% du montant d’une transaction si le chiffre d’affaires mensuel généré est supérieur à 50 000 euros.

D’autres solutions existent, comme Mollie, PayZen et Ingenico ePayments (recommandés pour les paiements internationaux ou les entreprises présentes à l’étranger), ou PayLine, qui offre la possibilité aux clients de payer en plusieurs fois.

L’importance de la zone géographique

La zone géographique des paiements et de la clientèle demeurent des facteurs importants. Si certains moyens de paiement comme Stripe ou Skrill sont utilisés partout dans le monde, d’autres restent davantage cantonnés à une zone précise. Ainsi, la carte prépayée CCBill est « uniquement » utilisée sur le continent américain.

Les intermédiaires utilisant des moyens de paiement en ligne ont tous pour objectif d’améliorer le taux de conversion de leur clientèle. Si les nouveaux acteurs du paiement en ligne s’illustrent par leur dynamisme, ils font aussi face à de solides concurrents : les banques, qui représentent encore 93% du marché des paiements en ligne ; les GAFA, qui incitent leur clientèle à utiliser leurs propres solutions de paiement, comme Apple Pay ou Amazon Pay.

Partager.