Comment lire l’arabe sans les voyelles ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

 

L’apprentissage d’une nouvelle langue n’est pas toujours facile. Particulièrement l’arabe, dont l’apprentissage est complètement différent de l’anglais ou de l’espagnol. En effet, cette langue n’utilise pas l’alphabet que nous côtoyons généralement dans la plupart des autres langues. Aussi, la langue arabe se lit sans les voyelles. Comment parvenir à une telle lecture dans l’étude de la langue arabe ?

A lire également : 3 lieux à visiter pendant les vacances en France

Lecture sans les voyelles

Afin de pouvoir lire l’arabe sans voyelle ou sans accents, l’élève en langue arabe doit tout d’abord avoir un dictionnaire. Ensuite, il doit avoir fait beaucoup de lecture afin de se familiariser aux formes, sons et aux schèmes redondants. Aussi, il faudra apprendre plusieurs mots par cœur afin de pouvoir les lire sans problème dans un texte ou les dire lors d’une conversation. Il faut aussi que l’apprenant de la langue étudie de façon studieuse la science du « sarf ». Il s’agit de la conjugaison et de la morphologie des noms, mots et verbes en arabe. L’étude du sarf vous apprendra à connaître les voyelles qui se retrouvent en début et au milieu des mots. Enfin, l’apprenant doit faire une étude poussée en grammaire, car elle lui permettra de connaître les voyelles qui se situent en fin des mots.

Après tout cela, l’élève en arabe sera capable de lire des textes sans les vocaliser, c’est-à-dire faire une lecture sans les voyelles. Il est important de bien observer ces différentes étapes afin d’acquérir la lecture parfaite de l’arabe sans les voyelles. Cela demande assez de travail et de patience pour y arriver.

A découvrir également : Comment bien choisir une raquette de padel ?

L’alphabet arabe et les voyelles

L’alphabet arabe tel que nous le connaissons aujourd’hui a été écrit les premières fois au sixième siècle. À cette époque il n’y avait pas de point pour faciliter la lecture. Ces derniers ont été rajoutés un peu plus tard par un homme du nom de « Abou al-aswad addouali ». Ces points sont venus s’ajouter au-dessus ou en dessous de lettres pour en former de nouvelles. Avant l’ajout des points, l’alphabet arabe ne comportait que 18 formes différentes. Aujourd’hui, il compte 29 lettres. Les 18 formes différentes permettaient aux Arabes de prononcer 28 sons. Avec les 29 lettres, les 28 sons sont toujours possibles.

Il y a trois voyelles dans la langue arabe. Il s’agit du « a », du « i » et du « ou ». Les voyelles prenaient la forme d’accents placés en dessus ou en dessus des lettres. Cependant, il se trouvait beaucoup trop de points dans les textes écrits en arabe. Cela rendait l’écriture difficile à déchiffrer et à lire. Plus tard, pour un « a », il fallait mettre un petit « alif » au-dessus de la lettre. Pour le « ou », un petit « waw » est placé sur la lettre et pour le « i », un petit « ya » est placé sur la lettre. Cette simplification de l’écriture des voyelles est due à un homme du nom de « Alkhzlil ibn ahmed alfarahidi » ayant vécu à la période des Abbassides.

 

 

Partager.