Dégâts des eaux : nos conseils pour y faire face

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le réchauffement climatique, l’érosion ou tout simplement une fuite venant de l’appartement du dessus provoquent des dégâts plus ou moins importants chez vous. S’en suivent les réparations, l’estimation des dommages, les démarches pour se faire indemniser par l’assurance. Zoom sur la conduite à tenir et les procédures à suivre lorsqu’un tel sinistre survient.

Dégâts des eaux : le rôle des assurances

Si votre maison ou logement se trouve dans une zone à risques, pensez à demander conseil auprès de votre assureur sur les mesures préventives à prendre. Il faut savoir que plus d’un million de dégâts des eaux sont recensés par les compagnies d’assurance, un chiffre qui ne laisse pas de marbre.

A lire aussi : Bien-être : Les bienfaits d'une plante dans votre intérieur

Mais attention, il faudra bien définir ce qu’on entend par « dégâts des eaux ». Il s’agit en effet d’un sinistre causé par une fuite de plomberie ou encore une infiltration d’eau pluviale. Autrement dit, une inondation ou la crue d’un fleuve ne peuvent être prises en compte puisque l’ampleur des dégâts n’est pas similaire.

Que vous soyez propriétaires, locataires ou copropriétaires, il est recommandé d’assurer son domicile avec la MAIF afin de bénéficier de solides garanties en cas de sinistres tels qu’un dégât des eaux. Comptez notamment sur 3 formules d’assurance (Eco, A la carte, Tout inclus) qui concilient la qualité et le budget.

A lire aussi : 5 astuces pour entretenir son banzai

Ainsi, vous découvrirez des offres incluant les couvertures en cas d’incendie, d’explosion, de dégâts des eaux, d’événements climatiques, de catastrophes naturelles, de gel, de catastrophe technologique, d’attentats…

inondation maison assurance

Dégât des eaux impactant une maison individuelle : les réflexes à adopter

Si une rupture de canalisation, une fuite, des infiltrations ou un débordement surviennent dans la maison, n’attendez pas les secours pour prendre les dispositions adaptées pour stopper la cause du sinistre : fermez ou calfeutrez les parties où l’eau s’infiltre, couper l’arrivée d’eau…

Le but étant de limiter les dégâts jusqu’à l’arrivée du plombier ou des secours. Il convient ensuite de déclarer le sinistre dans les 5 jours ouvrables qui suivent la survenance du sinistre. Si vous étiez absents, les 5 jours sont décomptés à partir du jour où vous avez découvert le sinistre.

N’attendez pas pour prévenir l’assureur par courrier recommandé avec accusé de réception. Pour gagner du temps et faciliter les démarches, certaines compagnies acceptent les déclarations de sinistres par mail, par SMS ou par téléphone. En revanche, il est plus prudent de demander un récépissé de déclaration en cas de déclaration verbale.

Assurances : comment s’effectue l’indemnisation du sinistre ?

Avant de procéder à l’indemnisation proprement dite, l’assureur analyse le montant des devis pour la remise en état et prend en considération les photos prises sur le lieu du sinistre. Si nécessaire, il peut demander l’avis d’un expert.

Si les procédures sont un peu longues, le sinistré peut très bien faire appel à un expert d’assuré qui sera présent lors de l’expertise commandée par l’assurance. En cas d’expertise contradictoire, l’expert engagé pourra analyser votre contrat afin de mettre en exergue les clauses qui sont en votre faveur.

Le but étant d’accélérer la procédure d’indemnisation et obtenir réparation des dommages causés. Il ne faut pas oublier qu’un bien affecté par un dégât des eaux perd systématiquement en valeur s’il n’est pas réhabilité rapidement. En outre, pensez à maintenir le contrat d’assurance même si vous avez prévu de vendre le bien immobilier.

Partager.