Les compétitions sportives vont-elles s’arrêter durant le confinement de COVID-19 ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le 13 avril, Emmanuel Macron, Président de la République, a annoncé que les mesures sanitaires actuelles devaient être suivies. Cours établi au cours de ce discours public : les règles actuelles en vigueur jusqu’au 11 mai, puis l’inclusion de l’inclusion à partir de cette date.

C’ est bien sûr la mission assignée au gouvernement et à ses équipes, qui doivent maintenant préciser sa réalisation. L’heure actuelle est donc de la consultation et de l’élaboration de stratégies dans les hautes régions de l’État, pour chaque secteur, y compris le sport qui nous concerne.

A lire aussi : Liste Emojis Snapchat

Bien qu’il faudra plusieurs jours pour déterminer pleinement le contenu du déconfinement annoncé, certaines fuites circulent et devraient permettre à chacun, en tant que citoyen informé et responsable, de se forger une opinion sur la situation. Au lieu de…

A lire également : Comment rédiger une lettre de motivation pour une reconversion professionnelle ?

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Dans le résumé de cet article :

  • À la source
  • Ce que nous apprenons…
  • Détails du ministre des Sports…
  • Qu’ est-ce qu’il faut en penser ?

À la source

En ce qui concerne le journalisme, la règle suggère que nous n’avons pas besoin de mentionner la source de nos informations lorsque la protection est nécessaire. En l’espèce, en revanche, elle permet de rendre son contenu crédible. Il s’agit d’une communication interne à la Fédération Française des Etudes et des Sports sous-marins (FFESM) qui nous donne accès à des échanges intéressants. Une communication à laquelle France Info et l’Équipe font confiance hier dans leurs articles.

Plus précisément, il s’agit d’une réunion de compte du 17 avril, au cours de laquelle le Cabinet du Ministre des sports, l’Association des directeurs techniques nationaux (DTN), l’Institut National du Sport d’Expertise et de Performance (INSEP, le gestion des athlètes de haut niveau) et l’Agence nationale des sports. En particulier, il convient de noter que le DTN ces agents sont sous double tutelle, celle du ministère des Sports et de leur fédération affiliée, et qui devrait assurer la connexion entre les deux entités.

Bref, cette rencontre et son contenu sont au-dessus des fédérations, dans ce cas la Fédération Française de Cyclisme qui peut nous importer. Sur la base de ce qui est dit à ce niveau, la FFC devrait notamment élaborer des mesures spécifiques pour s’adapter ou entraver les spécificités de nos pratiques. Avoir accès à ces échanges permet, en particulier, de faire la lumière sur qui décide quoi, le moment venu.

Ce que nous apprenons…

Le document de trois pages contient plusieurs points et informations qui se rapportent ont à différents niveaux de sport, à la fois professionnel et amateur. Nous ne regardons ici que les éléments qui peuvent affecter l’environnement du VTT, et plus particulièrement l’Enduro, dont l’étendue du développement par rapport aux corps doit encore être construite. Rappelons en particulier que le statut d’un athlète de haut niveau strict sensu ne couvre pas les directeurs d’Enduro, la discipline n’est pas incluse dans le Projet de Performance Fédérale FFC qui s’étend jusqu’à… 2024 (Jeux Olympiques de Paris)…

Tout d’abord, l’a déclaré que le ministère des Sports travaillait à la création d’un réseau médical. Au stade, nous pouvons consulter, il y a 12 médecins sportifs professionnels, fédérations et clubs. Ce réseau n’a pas encore été consolidé avant d’être connecté à tous les médecins susceptibles d’être en contact avec les athlètes dans le pays, niveaux. C’ est le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) qui doit transmettre les directives à « chaque club, chaque compétition ».

le moment, le contenu de cette doctrine n’est pas précisé. Seul le fait que la distinction soit faite entre « les athlètes de haut niveau qui ont besoin de revenir à une intensité élevée » et « Français qui reprendra l’activité physique » est appelé. Il devrait s’inspirer à la fois des recommandations de ce nouveau réseau et des échanges interministériels en cours. Néanmoins, nous appelons « un contrôle médical de pré-récupération obligatoire pour les athlètes » et « protocoles de récupération avec application de gestes de santé » qui doivent être développés pour soutenir les superviseurs responsables de la reprise des activités, nous pensons en particulier aux clubs. Pour

Avec En ce qui concerne la pratique du sport lui-même, y compris celle du VTT qui nous concerne, garder les données disponibles dans une phrase, inexactes mais optimistes, il est selon…

« Les Français doivent pouvoir « courir, marcher et rouler » à l’extérieur dans des conditions « normales » à partir du 11 mai »

Pour ne pas être précis, il confirme néanmoins que, pour l’instant, nous pouvons continuer à fonder l’espoir sur cette date. Individuellement ou en groupe ? En particulier, ce sont des informations sur la reprise des activités associatives et fédérales qui peuvent en dire plus…

En ce qui concerne les associations et les clubs, une clarification importante a été mentionnée pour l’instant. Seuls ceux avec des escortes qui peuvent intervenir auprès des jeunes, ET dans l’environnement scolaire, pourraient reprendre du 11 mai au 15 juin. L’idée ici est de mettre les activités sportives au service de la restauration des écoles, ce qui devrait être repris en limitant le nombre d’élèves par classe et en multipliant ainsi le besoin d’encadrement.

A partir du 15 juin, les associations et les clubs ont pu reprendre leurs activités habituelles, enpetits groupes, augmentant le nombre de personnes à l’heure actuelle à 30. À la suite des estimations initiales, jusqu’à 200 000, le nombre de personnes incapables de partir en vacances d’été en raison des mesures qui resteraient en vigueur. Les associations et les clubs sont donc appelés à participer à l’effort de coaching pour compenser cette situation.

Les associations et les clubs n’ont pas de monopole dans le domaine de la gestion. Certaines structures sont également et pour la première fois reconnues comme institution d’activités physiques et sportives (EAPS). La plupart des ce sont des institutions commerciales. Ici, nous pensons aux écoles et aux instructeurs qui supervisent la pratique, que ce soit en rafraîchissement, comme guides, pour les navettes, etc… Ou même des parcs à vélo.

Aussi à cet égard, l’activité devrait être reprise « progressivement à partir du 11 mai » et l’objectif de « tout rouvrir le 15 Juin, parce que haute valeur ajoutée économique, tourisme et santé. S’il vous plaît noter : rétablissement complet mais toujours dans le cadre de la doctrine de la santé ».

Une autre occasion phare de se réunir pour partager autour de notre pratique, des événements. Sur cela, les éléments restent flous. Pour l’instant, seules les paroles du Président de la République au sujet des grandes réunions semblent être traduites légalement. Ce sont des événements de plus de 5000 personnes.

le moment, le document indique que ces événements seraient systématiquement reportés ou annulés s’ils étaient impliqués à la mi – juillet et que leur activité serait pleinement possible à partir d’août. Pour le moment, les travaux se poursuivront en ce qui concerne les événements de moindre envergure Pour , du 11 mai au 1er août.

Au moment de cette réunion, le 17 avril, le ministère des Sports est venu prendre la température, à l’écoute des ascenseurs du terrain avant un premier échange interministériel aura lieu ce mercredi 22 avril. Une première intersection entre différents secteurs d’activité pour essayer d’aligner les violons et in-fine annonce des mesures cohérentes pour chaque secteur. Le document nous dit qu’alors 15 jours seront alloués pour clarifier les choses. Nous sommes dans cette période au moment de rédiger ces lignes.

Détails du ministre des Sports…

Aucune information n’a encore été filtrée sur ce premier échange interministériel, à l’exception des observations faites par le ministre des Sports depuis lors , qui sont certainement prises en compte.

« Ce qui est certain, c’est que le sport ne sera pas une priorité dans notre société. Ce n’est pas une priorité aujourd’hui dans les décisions prises par le gouvernement. »

Qu’ est-ce qu’il faut en penser ?

De cela, il s’avère que les détails de cet article vont nécessairement évoluer, il n’y a qu’une seule étape qui est facile à prendre. Cependant, espérons que la bobine interministérielle ne la transforme pas en bouillie déformée, indigeste et dénuée de sens, comme c’est parfois clairement le cas dans les mesures venant de notre corps. Plus que jamais, une mesure réussie est mesure qui doit tenir compte de la réalité de la terre… Et il est temps ou jamais de le prendre en compte si nous voulons réaliser le déverrouillage qui nous attend !

Pour l’instant, ces premiers détails fuyants ont le mérite de poser un certain timing et une certaine visibilité qui nous permet de projeter. Ne serai-ce que pour forger une opinion et faire fonctionner la démocratie dans laquelle nous sommes établis. Assez pour faire des plans précis ? Non. Pour les raisons qui viennent d’être mentionnées, mais aussi pour les raisons couvertes par la progressivité de l’accès, comme nous l’avons souligné récemment dans nos colonnes.

« Nous ne pouvons pas voir de leviers d’ajustement, ni d’indicateurs… pour renforcer et justifier la pertinence des mesures pour ceux qui doivent les exécuter > chacun de nous !

Pour le moment, des mesures envisagées en collaboration avec l’embryon de communication FFC, ce qui peut être un bon départ. Néanmoins, toutes les proportions conservées, les VTT nous sommes bien conscients que la progressivité est un paramètre réglable… Et il semble que même lorsqu’il s’agit de gérer une crise sanitaire, la capacité à la moduler et à la contrôler est importante, sinon indispensable.  »

Et pour l’instant, les arrangements avancés semblent très rigides. Il n’y a pas de leviers d’ajustement ou d’indicateurs sur lesquels la récupération doit être indexée pour réussir. Cependant, cela est nécessaire pour justifier les mesures et justifier l’adéquation des mesures pour ceux qui devront les imposer des œuvres d’art > chacun de nous ! Raison pour laquelle nous écrivons cet article, ouvrez l’expression dans les commentaires ci-dessous et lisez attentivement les mesures qui seront précisées après les travaux qui doivent encore être fournis par nos agences.

Partager.