Dopage : on vous dit tout sur cette pratique douteuse

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La chance ou le calendrier des relations publiques suisses nous ont valu ces derniers jours une série de déclarations sur la possibilité du dopage dans le football, qui sont très classiques mais qui peuvent encore être étonnés. Avant Joseph Blatter quelques jours, Michel Platini, qui a toujours été un spécialiste de cet exercice (lire « Platini, positif à mauvaise foi « ), a ouvert le bal avec une interview pour Ouest France mercredi dernier, dans laquelle il s’est dit ne pas croire à l’existence d’un dopage organisé dans le football.

PLATINI NE VOIR PAS

A découvrir également : Nettoyage écologique dans les écoles, les bureaux et les restaurants : comment ça se passe ?

« Il peut y avoir quelques cas isolés. Mais je ne vois plus de clubs de football organisant leur dopage. » Le président de l’UEFA sait que son ancien club, la Juventus, était convaincu du dopage organisé pour ses pratiques en 1994-1998, ses dirigeants n’échappant à leur condamnation que par des moyens légaux (lire « La Vieille dame dactylographiée en pharmacie « ). Mais il n’explique pas ce qui signifierait qu’aujourd’hui les clubs auraient renoncé à cette tentation tandis que le rythme des compétitions a augmenté avec l’intensité physique des matchs et la pression des enjeux économiques.

En fait, les clubs n’ont jamais eu plus de raison d’organiser le dopage de leur personnel, et l’un des meilleurs d’entre eux est que la lutte contre le dopage n’est pas de la plus grande virulence dans ce sport. Probablement parce que tout le monde applique à « ne pas croire », et ne craint pas, comme Platini pour expliquer « différences flagrantes dans le rythme entre certaines équipes ou championnats » (c’est la question du journaliste), de recourir à des fables : « Ce sont les angles des caméras de télévision, les façons de filmer qui ne sont pas le même partout, ce qui donne cette impression », dit Platini, qui n’a pas tort de dire : « Je dis cela d’une manière très sérieuse ». [1]

Lire également : Que propose la boutique Pro Nutrition ?

MINIMINISISE BLATTER

Platini a progressé : il ne dit plus que le dopage est inutile dans le football car il n’aide pas à faire une passe — dissimulant à la fois la variété des « avantages » des produits de dopage et la nécessité, même pour le meilleur technicien du monde, d’être en pleine possession de ses moyens quand il passe. Sepp Blatter, son homologue de la FIFA, qui aurait succédé en 2015, a également progressé. Il ne dit plus qu’il n’y a plus de dopage dans le football. Mais dimanche soir dans une séquence diffusée pendant le Canal Football Club, il a également avancé l’extrême rareté des cas positifs : « Nous avons un ou deux cas, 0.0 Je ne sais pas combien de pourcent des cas », il balaie avec un revers de main.

Invoquer des contrôles négatifs est un argument dont la minceur a été démontrée en cyclisme, comme récemment par l’annulation de tous les titres de Lance Armstrong (il n’a même jamais été officiellement testé positif [2]). Et on parle encore d’une discipline beaucoup plus contrôlée que le football : Joey Barton a récemment souligné à quel point il pensait qu’il n’avait jamais eu de contrôle sanguin au cours des dix dernières années de sa carrière au plus haut niveau… Selon l’anglais de OM, dopage dans le football, « Il y en a, il y a un look juste ». Mais nous ne trouvons que ce que nous cherchons, et nous cherchons doucement.

Gouttes dans le nez (ET LE SCHNOUF)

En tant que virtuose des stratégies de détournement, il a souvent dû supprimer l’agitation soulevée par toutes les enquêtes sur son régime, Blatter nous surprend toujours avec la prochaine manœuvre. Selon lui, la plupart des cas détectés concernent maintenant « des drogues, de la marijuana ou un peu de schnouf ». En fin de compte, il n’y aurait que des déviations individuelles de comportement, de nature sociale et non sportive, en ce qui concerne les substances récréatives et non dopantes… Et Blatter a affirmé que c’est… « certain qu’il n’y a pas de dopage organisé dans un sport collectif. » La FIFA et l’UEFA s’accordent ensemble sur les conclusions du débat.

Christophe Dugarry, qui était préoccupé par la question mais ne s’en souvient pas [3], a réagi à bord à l’entrevue avec Sepp Blatter : « Dans le football, nous ne parlons pas de dopage, nous parlons de joueurs positifs, car il y a des produits qui sont interdits mais qui ne sont pas un désir de dopage, je pense à des gouttes pour le nez, des médicaments. pour le rhume. Nous avons plus souvent affaire à des joueurs peu sérieux, peu appliqués aux médicaments à prendre ou à ne pas prendre, plutôt qu’un réel désir de doper pour améliorer leurs performances comme il y en a dans d’autres sports. » Pour le consultant Canal , même les contrôles positifs ne sont pas des cas de dopage : il n’y a que des erreurs dans ce cas. individuel, même pas intentionnel.

FOOTBALL Miraculaly épargné

Pourtant, l’ « amélioration de la performance » de Dugarry est devenue une obsession parmi les joueurs et les clubs, sous réserve des obligations croissantes en matière de compétitivité. Ces derniers utilisent des techniques de préparation athlétique de plus en plus optimisées et médicalisées (musculation, endurance, vitesse, explosivité), brouillant la frontière entre pratiques licites et illégales et causant de graves problèmes de éthique médicale (lire « La solution du produit n’est jamais loin »). Ce que le football ne veut pas voir, c’est qu’en réalité toutes les conditions sont en place pour que le dopage existe dans le football. « Aujourd’hui, ils ne peuvent plus dire que [la pratique du dopage]n’existe pas, mais ils disent qu’elle n’est pas organisée. Ils minimisent la part de la dérive. En fait, ce n’est pas le cas », a déclaré le Dr Jean-Pierre de Mondenard à Michel Platini (lire ici).

Face à ces risques de plus en plus évidents, l’UEFA et la FIFA ne sont qu’occasionnels, et nous demandent de croire cette histoire d’un nuage radioactif qui a miraculeusement épargné la discipline sportive leader au monde. La FIFA a été plus combattante lorsqu’elle a résisté à l’Agence mondiale antidopage, qui s’attaque à son inaction. Gouttes ou schnouf dans le nez, et beaucoup de poudre dans les yeux : les instances de football organisent, autrement dopage, au moins une légèreté qui ne pouvait pas le favoriser mieux.

Image : Canal /Canal Football Club.

[1] Il faut dire que, sur plusieurs à l’occasion, sur le même sujet, il a dit en substance que s’il y avait dopage, il serait connu. [2] Positif aux corticostéroïdes en 1999, il avait fourni un certificat médical et l’analyse posteriori de six échantillons d’urine de 1999 qui avaient établi son utilisation de l’OEB n’était pas utilisable devant les organismes sportifs (voir article du monde.fr de 2005). [3] Contrôlé positif à la nandrolone en 1999, il a été congédié pour vice de procédure (voir « Nandrolone Knight »).

Partager.